Podcast : Mateusz Tomaszewski, Product Owner chez Yuzzu (Sponsor de la Journée Agile)

Mateusz Tomaszewski, Product Owner chez Yuzzu

Abonnez-vous

Laissez ⁠un message vocal⁠ à Mateusz Tomaszewski

Dans ce nouvel épisode de « Pyxis – Le Podcast », enregistré lors de la Journée Agile le 2 juin 2023, nous mettons en lumière l’expérience de Mateusz Tomaszewski, Product Owner au sein du département informatique de Yuzzu (anciennement connu sous le nom de « Touring Assurances »).

Au cours de cette conversation, Mateusz partage son parcours, de sa formation en arts appliqués à son rôle actuel en tant que fervent défenseur de l’agilité. Il explique comment son passage à l’IT a été une révélation, remplaçant un environnement protocolaire par une approche organique et humaine.

L’interview explore également les défis auxquels sont confrontés les nouveaux arrivants dans le monde de l’agilité et comment Yuzzu aborde ces défis. Comment se déroule la collaboration avec d’autres départements qui sont peut-être moins engagés dans une démarche et un fonctionnement agiles ? La réponse de Mateusz pourrait vous surprendre !

Afficher (ou télécharger : click droit télécharger le fichier lié) la transcription du podcast sans les times codes pour les assistants de lecture.

➡️ Abonnez-vous, likez, partagez, commentez et laissez ici votre message vocal.

Mateusz décrit comment l’incompréhension peut parfois survenir chez les professionnels plus expérimentés lorsqu’ils sont introduits dans un environnement agile. Il souligne que l’objectif est de les accompagner plutôt que de les juger.

La conversation se penche sur l’importance de l’agilité dans le monde des affaires, les avantages de la participation de Yuzzu à la Journée Agile, et l’ouverture à de nouvelles perspectives et philosophies agiles.

Si vous cherchez à rester à la pointe de l’agilité et de la transformation digitale, cet épisode est une source d’inspiration.  Rejoignez-nous pour cette exploration de l’agilité chez Yuzzu.

Pour plus d’informations sur Yuzzu, visitez leur site web sur Yuzzu.be.

Abonnez-vous à notre podcast pour ne pas rater les prochains épisodes !
Interagissez en laissant un message vocal pour les intervenants.

Séquençage du podcast:

  • [00:00:18] Introduction et contexte de l’enregistrement
  • [00:00:36] Présentation de Mateusz Tomaszewski
  • [00:01:12] Un profil IT?
  • [00:01:21] Première participation?
  • [00:01:30] Pourquoi avoir choisi d’être sponsor de la journée
  • [00:02:09] Petit rappel de l’histoire de Yuzzu
  • [00:03:09] Existait-il une culture agile
  • [00:04:18] Une culture de l’être.
  • [00:05:01] Un moment pour évaluer la maturité et le niveau de l’agilité
  • [00:06:08] Les obstacles rencontrés
  • [00:07:11] Un onboarding dans un environnement agile
  • [00:07:53] Une attente spécifique?
  • [00:09:03] Les interventions les plus marquantes
  • [00:09:47] Le niveau idéal d’agilité
  • [00:11:11] Le niveau d’autonomie chez Yuzzu
  • [00:12:05] La collaboration avec d’autres départements
  • [00:13:14] Clôture du podcast

Transcription de l’épisode podcast avec Mateusz Tomaszewski:

Michel Godart: [00:00:18] Bienvenue pour un nouvel épisode « Pyxis – Le podcast ». Alors nous sommes aujourd’hui le 2 juin 2023, l’idée aujourd’hui c’est de présenter les intervenants, les speaker, les visiteurs et les sponsors. Et devant moi, j’ai Mateusz qui a accepté de venir prendre un peu de temps à mon micro. Mateusz d’abord, bonjour, merci de me rejoindre.

Mateusz Tomaszewski: [00:00:35] Bonjour Michel

Michel Godart: [00:00:36] Est-ce que tu peux, pour nos auditeurs et auditrices, te présenter rapidement.

Mateusz Tomaszewski: [00:00:39] En quelques phrases, donc Mateusz, mon prénom. J’ai 31 ans, je viens à la base de Bruxelles mais j’habite maintenant à Ghlin parce que j’aime bien la campagne et la tranquillité après le travail, soyons honnêtes. Et je travaille pour « Yuzzu » qui est, à la base, « Touring Assurances », c’était son nom initial (Michel Godart: Tout à fait) qui fait partie du groupe « AXA », peu de gens le savent, mais qui garde en réalité une ambiance PME. Pour justement nous permettre de travailler un peu plus, nous on va dire que c’est de l’efficience, mais en réalité ça nous permet aussi d’avoir un peu de bon vivant au sein de notre département IT, parce que c’est surtout là que se concentre la plus grande partie de l’application, la méthode.

Michel Godart: [00:01:12] Donc toi, tu es dans le département IT?

Mateusz Tomaszewski: [00:01:14] Je suis dans le département IT, tout à fait. Je suis « Product Owner », pour rentrer un peu plus dans le concret ici, de l’équipe qui s’occupe des systèmes back-office.

Michel Godart: [00:01:21] Est-ce que c’est votre première participation, chez « Yuzzu », à la journée Agile?

Mateusz Tomaszewski: [00:01:24] Je pense, oui (Michel Godart: Tout à fait), parce que ça fait cinq ans que j’y suis, et on n’a jamais participé à la journée Agile. Donc c’est une première.

Michel Godart: [00:01:30] J’ai envie de vous demander: ça a été quoi l’élément déclencheur? Quel est le moment où on s’est dit « Ben tiens, ça c’est intéressant ».

Mateusz Tomaszewski: [00:01:36] Mais au début on n’y a pas pensé et c’est notre manager IT qui a dit « Hé les gars, mais il y a une journée agile, c’est génial! » Et on s’est dit « Mais oui en fait, pourquoi on n’irait pas? Pour au moins découvrir un peu? » Parce que c’est vrai qu’on est un tout petit peu dans notre coin, dans le monde des assurances je pense qu’on n’applique pas tout le temps à fond la… Une quelconque d’ailleurs méthodologie, un cadre ou autres, qui se rapprochent de l’agile. Et on s’est dit « Ben tiens, on va essayer d’aller à la rencontre de nouvelles personnes, qui travaillent peut-être dans d’autres secteurs, et qui appliquent également la méthodologie, juste pour un peu échanger ». C’était un peu ça l’idée de base et on s’est dit « Ben tiens, pourquoi pas sponsoriser pour aussi avoir une petite table et pouvoir échanger plus facilement avec les personnes?

Michel Godart: [00:02:09] On va faire une petite précision encore, avant de continuer dans l’agilité, Touring Assurances souvent les gens se rappellent de « Touring Secours » et mettent les deux ensemble. J’ai même fait l’erreur moi-même, alors que j’ai travaillé chez Touring Assurances à une époque, je suis tombé dans le panneau hein comme on dit. Et figure-toi que le cocréateur d’une association que j’ai créée en dehors de ce travail pour Pyxis, David Van Den Broeck, travaille chez Touring Secours et donc j’ai fait la confusion très rapidement. Donc on va peut-être rappeler aux gens: c’est deux entités séparées maintenant!

Mateusz Tomaszewski: [00:02:32] Tout à fait. Fut un temps, des gaillards se sont dit « Ce serait cool de créer une assurance directe » là, comme ça, sur le marché belge. Mais évidemment, il fallait avoir une sorte de base de données de clients. Ils ont donc contacté Touring Club pour justement avoir un partenariat avec eux et emprunter leur logo et leur nom.

Michel Godart: [00:02:45] Mais voilà, on a fait un rapide aperçu de la naissance de Touring Assurance

Mateusz Tomaszewski: [00:02:49] De Touring Assurance, et en réalité, depuis le départ, c’était deux entités tout à fait différentes (Michel Godart: Voilà) mais qui utilisaient le même nom. Et en 2019, « Yuzzu » enfin plutôt « Touring Assurances » a décidé de se dire « Ben tiens, on va évoluer » (Michel Godart: Re Brander), on va faire un petit rebranding, on va essayer d’avoir un nom un peu différent et avoir peut-être une autre approche sur le marché. D’un point de vue marketing, évidemment, là je ne suis pas dans les petits papiers de ces départements, et voilà.

Michel Godart: [00:03:09] Ce n’est pas le but de raconter l’histoire (Mateusz Tomaszewski: C’est ça) de l’entreprise, mais je crois que c’était important quand même de re situer un peu les choses (Mateusz Tomaszewski: C’est ça), que les gens s’y retrouvent. L’image de pour qui on travaille, c’est important quand même hein? On va revenir à l’agilité, tu m’as dit ben voilà, on s’est dit « Hey les gars, le directeur a dit qu’il y a une journée agile, ce serait génial qu’on y aille » mais la question qui me vient c’est: est-ce que vous aviez déjà, selon toi, des pratiques agiles et une conscience agile et si oui, à quel niveau de maturité estimes-tu qu’elle est?

Mateusz Tomaszewski: [00:03:32] Alors moi j’ai découvert l’agilité au sein du « Yuzzu » donc…(Michel Godart: Donc, oui, il y a un comportement déjà agile), forcément, c’est ça, donc dur de me comparer à d’autres. Par contre, petite précision, j’ai fait des études axées sur la finance, mais je me suis dit en fin d’études « Bah, travailler en costard cravate tous le long de l’année, c’est peut-être pas mon truc ». Et donc je me suis dit « Je vais essayer quelque chose dans l’IT » et je suis arrivé un peu par hasard je vais dire, en tant que stagiaire, au sein du département IT. Et là j’ai découvert notamment Olivier qui travaille chez Wemanity, qui était déjà là en tant que coach agile, qui implémentait un peu ce mindset (Michel Godart: D’accord, voilà), on parlait de mindset au début. Et je me suis dit « Tiens, j’ai jamais entendu parler de cette méthode. Je découvre », je me dis « On va voir » et en réalité, par rapport à mes études de gestion, c’est quelque chose de très intéressant. J’ai trouvé dommage qu’on en ait complètement fait l’impasse dans toutes mes études parce que je trouve ça quand même très intéressant et je pense qu’on a une certaine maturité.

Michel Godart: [00:04:18] Ben oui, si vous êtes déjà accompagnés, vous avez déjà compris que ce n’est pas seulement des procédures ou une façon de travailler, c’est aussi surtout une culture de l’être.

Mateusz Tomaszewski: [00:04:24] C’est ça, exactement. Et un des premiers trucs qui m’a beaucoup plu, notamment justement chez « Yuzzu », c’est que hiérarchiquement, c’est très organique. On n’a pas je veux dire à vocation de se dire « Tiens, on a un boss, et encore un boss, et encore un boss » et surtout on veut s’en défaire pour que les gens n’aient pas peur tout bêtement, et qu’on ne soit pas coincé dans un cadre non plus. Á savoir que « Je dois faire mes rapports à… », ça c’est une idée dans le mindset qui a été tuée dès le départ en fait, dès que je suis arrivé c’était quelque chose qui n’existait pas. Et ça, ça m’a beaucoup plus: de pouvoir à la fois parler avec tout le monde, et surtout avec mes super hiérarchiques, comme si tu es juste à côté. Parce que eux-mêmes sont aussi sensibilisés à ce mindset et ça je trouvais très chouette en réalité, c’est d’ailleurs pour ça que je suis toujours chez « Yuzzu », soyons très francs là-dessus.

Michel Godart: [00:05:01] Et on entend la passion chez toi, et ça c’est juste fun quoi! Moi j’ai beaucoup de plaisir à écouter quelqu’un de passionné comme toi qui parle de son travail. Est-ce que, pour autant, donc on va revenir un peu sur le côté de la maturité, donc je commence à mieux percevoir un peu où vous en êtes. Est-ce que, de temps en temps, il vous arrive de vous poser ensemble avec l’équipe et de se dire « Bon les gars, où est-ce qu’on en est? Comment ça se passe dans ces contextes? »

Mateusz Tomaszewski: [00:05:20] Je pense que tout le monde connaît plus ou moins, enfin tout le monde, j’imagine nos auditeurs les plus sensibilisés (Michel Godart: Scrum master et…) les différentes cérémonies, c’est ça. Donc on a un Scrum, une Scrum Mastrice, dans l’équipe et on a toutes les trois semaines nos fins de sprint et une rétro (Michel Godart: Ah voilà). Et on en profite souvent, à ce moment-là, de parler de « Tiens il y a quelque chose qui n’a pas été, qu’est-ce qu’on peut faire pour s’améliorer? ». Et donc parfois, quand quelque chose s’est bien passé, de temps en temps on se dit « Ah là, je pense qu’on aurait pu mieux faire quelque chose d’autre » et là c’est un dialogue ouvert. Parfois on n’attend pas la rétro et on le fait juste pendant la semaine, voilà, il s’est passé quelque chose, ou même pas, ou j’ai envie de partager quelque chose, que ce soit un membre de l’équipe, moi, n’importe qui en réalité, moi je laisse l’équipe souvent le faire d’eux-mêmes. Et honnêtement, ça se passe plutôt naturellement.

Michel Godart: [00:05:58] T’as quand même eu cinq ans de temps pour observer et pratiquer (Mateusz Tomaszewski: C’est ça) cette façon de travailler aussi

Mateusz Tomaszewski: [00:06:02] Et moi-même aussi de me mettre dans le mindset, parce que comme je l’ai dit, au début, jour un on me parlait de ça, je ne savais pas du tout ce que c’était.

Michel Godart: [00:06:08] C’était quoi le plus difficile justement? Après avoir découvert quelque chose qu’on ne connaît pas et la curiosité t’attire à ça. Mais souvent, quand on découvre quelque chose de nouveau, il y a les p’tits premiers freins. Parce que ça dérange parfois de… des confort de pensées, des raisonnements habituels qu’on a, on sort de sa zone de confort et là les p’tits freins s’installent. Tu as eu ce genre de freins? Là je parle à titre personnel, tu peux partager…

Mateusz Tomaszewski: [00:06:27] Honnêtement, non, c’est ça le truc. Peut-être pourquoi, c’est parce que j’ai fait mes études, juste par peut-être, pas par choix, juste parce qu’automatiquement je me suis dit je veux tenter quelque chose (Michel Godart: Ah ouais). Je sortais en réalité de technique en arts-appliqués, donc déjà avec un mindset un peu spécifique, propre aux artistes (Michel Godart: Oui). Puis j’arrive dans un monde un peu gestion, finance, qui était relativement protocolaire, et c’est là où je me disais « Je ne vais pas, jamais tenir 40 ans dans cet univers-là » (Michel Godart: Je peux comprendre). C’est aussi pour ça que je suis arrivé dans l’IT et en arrivant en IT, forcément, là je ne vois plus du tout de protocole, une approche plutôt organique, quelque chose de beaucoup plus humain (Michel Godart: Et structuré aussi) c’est ça. Et là c’est plutôt l’inverse, c’est pas que j’ai eu des freins, c’est plutôt que j’ai enlevé les freins qu’on nous imposait dans notre formation à l’université (Michel Godart: Ah oui, alors oui). Et là, pour moi c’était une petite révélation de me dire mais « Waouh! En fait, on peut discuter tous ensemble, humainement »

Michel Godart: [00:07:11] Je vais te poser la question autrement, quand tu vois des nouveaux arrivés et qui rentrent dans l’agilité qu’ils ne connaissent pas, est-ce que tu repères des freins ,des difficultés qu’ils ont particulièrement pour démarrer.

Mateusz Tomaszewski: [00:07:19] Il y en a de temps en temps (Michel Godart: Ouais) et forcément dans les profils un peu plus expérimentés, qui ont dix, 20, 30 ans, enfin 30 ans c’est plus rare, mais entre dix et 20 ans d’expérience et qui ont travaillé surtout dans des entreprises où ce n’est pas du tout agile. Donc c’est plutôt très….

Michel Godart: [00:07:31] C’est plutôt la résistance au changement-là qui s’installe!

Mateusz Tomaszewski: [00:07:33] C’est pas toujours une résistance, c’est parfois même, allez, une petite incompréhension je vais dire. C’est à dire « Ah tiens, pourquoi on vient me demander? », ils prennent parfois mal certaines questions, ils se demandent en fait si on est en train de les questionner, de les remettre en question. Ce qui n’est absolument pas le cas, on vient juste parfois demander (Michel Godart: Oui, voilà) « Est-ce que tu as un blocage, est-ce qu’on peut t’aider? » Et c’est ce qu’on essaie de leur expliquer, on n’est pas ici pour taper, on est ici pour t’aider à te débloquer. Ça, c’est (Michel Godart: J’aime bien d’entendre ça) notre approche.

Michel Godart: [00:07:53] Parce qu’effectivement, il faut souvent le rappeler aux gens, on n’est pas là pour les juger (Mateusz Tomaszewski: C’est ça), on est là pour les accompagner, les faire mûrir, grandir. Et c’est pas parce que t’étais déjà très loin dans la connaissance que tu peux pas… On dit toujours on apprend tous les jours de sa vie jusqu’au dernier souffle, et moi j’y crois profondément (Mateusz Tomaszewski: De même), et quand on est curieux on se dévoile à fond. Merci pour ton authenticité et ton honnêteté, on va revenir sur  « Yuzzu » et votre présence à ce salon, tu l’as dit, le but c’est de rencontrer des gens. Vous avez envie de repartir d’ici avec quelque chose de spécifique et une attente spécifique?

Mateusz Tomaszewski: [00:08:21] C’est plus une découverte, c’est un peu aussi s’ouvrir à d’autres mondes qui pratiquent l’agile. C’était surtout ça l’idée de base. C’est de se dire « On arrête d’être nous, tout seul dans notre coin » (Michel Godart: Ouais), dans le monde des assurances très fermé où justement on est à peu près la Gaule qui pratique l’agile versus l’empire romain en waterfall très sévère. Et là on se dit « Tiens, on va essayer de rencontrer d’autres tribus gauloises qui pratiquent plus ou moins la même chose et de voir », voilà, c’est plus une prise de contact et de découverte et de nous sortir nous-mêmes de notre petit enclos. C’était ça l’idée à la base, et on veut repartir surtout avec, j’imagine, un peu plus de découvertes sur d’autres visions, d’autres philosophies (Michel Godart: Ouais), de ce qu’on pourrait même peut-être en tirer nous pour nous, et peut-être qu’on pourrait aussi partager en retour!

Michel Godart: [00:08:59] Alors toute l’équipe n’est pas là évidemment, c’est quelques représentants!

Mateusz Tomaszewski: [00:09:01] Quelques représentants de différentes petites équipes.

Michel Godart: [00:09:03] Quand vous avez vu la journée, j’imagine que vous avez été un peu scruté le programme quand même? (Mateusz Tomaszewski: Ouais). Est-ce qu’il y a des intervenants qui vous ont plus fait une petite étincelle dans les yeux ou pas? Qui ont titillé plus la curiosité ou l’intérêt? L’idée c’est de se dire, tiens, qu’est-ce qui vous tente le plus dans la démarche, dans l’approche comme raisonnement?

Mateusz Tomaszewski: [00:09:18] Alors ici je vais peut-être parler pour moi, ce qui m’a surtout attiré c’est la conférence, et d’ailleurs j’ai même oublié le titre complet mais elle m’a assez frappé, c’était avec l’haleine de poney. Celle-là justement je l’ai retenue et je me dis « Ah, je vais essayer d’y participer si j’ai le temps », tout simplement. Parce que j’aime bien quand c’est un tout petit peu osé et qu’on sort un tout petit peu des sentiers battus. Ce que j’aime moins personnellement, c’est que quand quelque chose est très léché, et donc forcément quand un titre est un tout petit peu plus percutant (Michel Godart: Provocateur), provocateur, ça m’intéresse de but en blanc, j’ai juste envie d’aller découvrir « Ben tiens de quoi il parle en réalité, comment est-ce que ça se fait? » Et ça, par exemple, ça a très bien marché sur moi.

Michel Godart: [00:09:47] Ok, ben c’est en fait l’atelier qui consiste à s’interroger sur finalement comment est-ce qu’on donne un feedback constructif, ça correspond aussi à la culture d’entreprise et ce que tu venais juste d’expliquer avant quoi. Donc ça c’est vraiment très important et très intéressant que tu parles de ça. Si tu devais me donner une définition du rêve idéal de votre maturité d’agilité à atteindre dans le futur, ce serait quoi? Comment tu vois ton équipe fonctionner si vous atteignez un maximum d’agilité, le fonctionnement idéal pour toi?

Mateusz Tomaszewski: [00:10:11] Alors je pense qu’on n’aura jamais atteint un fonctionnement idéal parce qu’on est tous des humains qui évoluons dans le temps (Michel Godart: C’est une réponse Agile). Non, mais ça je l’ai même remarqué, je veux dire, le fonctionnement qu’on avait il y a cinq ans n’est pas vraiment le même qu’aujourd’hui, on a parfois donné un petit souffle, tout simplement je vais dire (Michel Godart: Puis le monde est en constant changement quoi!), on a vécu ça, c’est ça. Les gens évoluent, parfois même personnellement, ont d’autres besoins, donc leur attitude dans le travail évolue également et c’est ok en fait, on l’accepte, je vais dire on ne peut pas demander aux personnes d’être pendant 40 ans strictement identiques comme il y a, je veux dire, au début de leur carrière donc… En réalité on s’adapte, et de temps en temps il faut juste qu’on soit assez créatifs et ouverts d’esprit pour donner un nouveau souffle à l’équipe, qui parfois fonctionne très bien mais je veux dire où la motivation baisse sans qu’il y ait réellement d’action externe, ça vient de l’équipe. C’est à dire que le modèle tel quel, qui tourne, s’essouffle un peu et on doit parfois ramener un petit vent nouveau pour essayer de juste redémarrer en tant qu’équipe et à nouveau ensemble quoi. Donc l’idéal je pense qu’on l’atteindra jamais, mais par contre si je dois parler d’un idéal, ce serait en dehors de l’équipe, ce serait plutôt au niveau de l’entreprise, c’est qu’on soit tous un peu plus sensibilisés à la méthode de travail, pour je pense mieux se comprendre. Ce n’est pas toujours évident.

Michel Godart: [00:11:11] Alors Mateusz tu as compris que mes questions sont provocatrices parfois pour justement un petit peu titiller tout ça. La question qui va suivre, et qui découle logiquement par rapport à ça, c’est que là vous allez vous retrouver avec une équipe qui est agile (Mateusz Tomaszewski: Oui), il y a deux questions qui me viennent sur cet aspect, un: vous vous êtes fait accompagner, l’accompagnement est continu ou vous devenez autonome pour accompagner les nouveaux arrivants ensuite?

Mateusz Tomaszewski: [00:11:28] Alors actuellement on est autonome. C’est vrai que quand je suis arrivé (Michel Godart: Voilà, ça c’est un point) il y avait un accompagnement. L’accompagnement était aussi fait au niveau d’autres équipes et parfois même d’autres départements, après je n’étais pas non plus au courant de tout.

Michel Godart: [00:11:35] Mais ça c’est déjà ma deuxième questions, voilà (Mateusz Tomaszewski: Voilà).

Mateusz Tomaszewski: [00:11:37] Et ici, donc je pense qu’on est assez autonomes parce qu’on n’a plus vraiment d’accompagnement. De temps en temps (Michel Godart: On fait un refresh quoi!), on fait un petit refresh de quelque chose et c’est nous maintenant qui accompagnons les nouveaux qui nous rejoignent dans notre mindset et essayons de les amener en réalité à: pas à penser comme nous hein, on n’est pas non plus (Michel Godart: Oui, oui) une secte à essayer de leur vendre « Ça, c’est le truc à suivre ». Mais c’est voilà, on fonctionne ainsi, on voit que ça fonctionne, tu as des idées, tu veux apporter quelque chose, t’es pas d’accord? je veux dire, on en discute, on voit ce qu’on peut faire et on continue juste d’avancer, tout simplement.

Michel Godart: [00:12:05] Ben justement, on a une entité qui est agile chez vous, plusieurs entités autour, mais à un moment donné vous êtes confrontés parfois à un autre département où il n’y a pas du tout de notion d’agilité. Ça reste une difficulté ou le but c’est quand même d’aller à ce que toutes les équipes finalement incorporent cette agilité à tous les niveaux de l’organisation?

Mateusz Tomaszewski: [00:12:18] J’aurai deux réponses (Michel Godart: Oui). La première c’est que, personnellement, j’aurais bien aimé que tout le monde soit sensibilisé à l’agile parce que je pense à ce moment-là qu’on peut travailler (Michel Godart: Ça rendrait service à tous) ça rendrais service à beaucoup de personnes. Mais j’ai bien conscience que certains départements, parce que je viens de ce monde-là via mes études, ne seront jamais sensibilisés et c’est aussi ok. Tant qu’on comprend qu’on va dans un sens tous ensemble, je veux dire le même en fait (Michel Godart: Ouais), ça marchera. Et je peux le dire d’expérience, je travaille avec un département par exemple qui n’est pas agile dans l’approche, mais qui justement comprend qu’on se dirige dans la même direction qu’eux et on arrive à collaborer très facilement avec eux. Ils ne sont pas du tout agiles, mais on n’a aucun souci de collaborer entre nous. Certains autres départements sont parfois un peu plus agiles qu’eux, donc ceux avec qui on collabore facilement (Michel Godart: Oui) et avec qui, nous on a plus de difficultés de collaborer.

Michel Godart: [00:13:00] Ah j’aurai cru que ça allait faciliter moi justement, ben non

Mateusz Tomaszewski: [00:13:02] Pas toujours (Michel Godart: Pas toujours). Curieusement, pas toujours.

Michel Godart: [00:13:04] Tu as une anecdote là-dessus?

Mateusz Tomaszewski: [00:13:05] Je dirais qu’il y a un pendant à l’agile où on doit être de temps en temps vigilant c’est que, les cérémonies c’est bien mais si on en fait beaucoup trop, parfois on oublie pourquoi on les fait.

Michel Godart: [00:13:14] Ben je crois que c’est un très beau mot de la fin pour cette interview Mateusz, je te remercie beaucoup (Mateusz Tomaszewski: Ben merci à toi Michel) d’avoir partagé avec authenticité ta vision, ton parcours (Mateusz Tomaszewski: Avec plaisir), l’histoire de l’entreprises, l’accompagnement que vous avez vécu, on fait un petit signe aux gens de Wemanity aussi d’ailleurs. Et puis on se retrouve quand vous le souhaitez à notre micro, vous êtes les bienvenus (Mateusz Tomaszewski: Ça marche), n’hésitez pas à venir témoigner, vous contactez Pyxis, Normam, Pierre-Emmanuel, la journée agile et vous pouvez revenir à notre micro si vous voulez faire un petit refresh sur tout ce qui a été dit, ou une deuxième entrevue où on veut aller plus en profondeur, welcome. Alors j’ai une petite nouvelle aussi pour toi, les auditeurs vont pouvoir réagir à ce podcast (Mateusz Tomaszewski: Ok) parce que dans le texte qui présente le podcast il y aura un lien, ils pourront cliquer sur le lien et laisser un message vocal à ton attention. On pourrait même le mettre en commentaire d’un post du podcast quand on le publie et tu peux directement entendre le message (Mateusz Tomaszewski: Ah chouette) mais de toute façon je te les enverrai en direct (Mateusz Tomaszewski: Ah ben volontiers, oui). On espère que les gens auront un peu de courage de laisser un message vocal à ton attention (Mateusz Tomaszewski: Ça marche) ou pour « Yuzzu » tout simplement. Dernier point pour clôturer, si l’auditeur veut aller se rendre sur le site internet, c’est…?

Mateusz Tomaszewski: [00:14:07] « Yuzzu » point be

Michel Godart: [00:14:08] Tout simplement (Mateusz Tomaszewski: Tout simplement), voilà, et là on peut déjà poser pas mal de questions, y trouver les infos qu’on n’aurait pas abordées aujourd’hui mais bon, le but c’est de parler d’agilité et on l’a fait.

Mateusz Tomaszewski: [00:14:16] Et merci à toi.

Michel Godart: [00:14:17] Merci Mateusz, à très bientôt

Mateusz Tomaszewski: [00:14:19] À bientôt.

Via Blubrry :
Play