Podcast: Dépassez vos limites en 40 minutes en compagnie de Julie Gaukroger et Laurent Zecchinon

Podcast: Dépassez vos limites en 40 minutes en compagnie de Julie Gaukroger et Laurent Zecchinon

Abonnez-vous

Dans cet épisode de « Pyxis – Le Podcast », « Dépassez vos limites en 40 minutes« , nous recevions Julie Gaukroger et Laurent Zecchinon, deux coachs experts.

Laissez ⁠un message vocal⁠ à Julie et Laurent!

Afficher (ou télécharger : click droit télécharger le fichier lié) la transcription du podcast sans les times codes pour les assistants de lecture.

➡️ Abonnez-vous, likez, partagez, commentez et laissez ici votre message vocal

Les deux invités qui nous présentaient un atelier lors de la « Journée Agile » du 2 juin 2023 intitulé « Dépassez vos limites en 40 minutes » prennent un moment à notre micro pour définir l’agilité comme la capacité à penser de manière créative, à résoudre des problèmes et à s’adapter au changement. Ils expliquent que cette compétence est essentielle dans un monde en constante évolution.

Julie Gaukroger et Laurent Zecchinon discutent ensuite des différents aspects de l’agilité, notamment la conscience de soi, la créativité et la résilience.

Ils proposent également un certain nombre d’outils et de techniques pour développer ces compétences. Parmi les points clés de l’interview, on peut citer :

  • L’importance de la conscience de soi pour comprendre ses propres pensées, émotions et comportements
  • La créativité comme moteur de l’innovation et de la résolution de problèmes
  • La résilience comme capacité à rebondir après l’échec.

Nous concluons l’interview en invitant les auditeurs et auditrices à laisser un message vocal à l’attention de Julie et Laurent via ce lien.

Cet épisode est une excellente ressource pour quiconque souhaite en savoir plus sur l’agilité. Il est accessible à tous, quelle que soit leur expérience ou leur niveau de connaissance.

Pour ne manquer aucun épisode de nos capsules de ce podcast, abonnez-vous.

Vous nous trouverez sur votre application de podcast favorite. Ce n’est pas le cas? Prévenez-nous!

Séquençage du podcast:

  • 00:18 Introduction et contexte de l’épisode du podcast
  • 00:31 Présentation de Laurent Zecchinon
  • 01:05 Le parcours qui a conduit Julie à la Journée Agile
  • 01:52 Les motivations à collaborer ensemble
  • 02:52 Libérer son potentiel créatif pour développer ses compétences cognitives
  • 04:15 La pratique narrative
  • 04:31 Mindsetmaps, comment ont-elles contribué à améliorer l’agilité des participants ?
  • 06:34 Le rôle de son propre storytelling
  • 08:15 Quels sont les freins fréquents pour les participants ?
  • 09:27 Des exemples concrets ?
  • 12:46 Lien avec la PNL
  • 13:23 Vie privée Vs vie pro, si on admettait qu’elles s’entrechoquent ?
  • 15:13 La pratique méditative dans le développement de la capacité à résoudre les problèmes de manière plus efficace
  • 16:24 Compétences cognitives spécifiques que les participants peuvent développer grâce à une expérience immersive
  • 17:55 Pourquoi 40 minutes ?
  • 18:41 À retenir absolument… Pour Julie ?
  • 20:16 Pour Laurent ?
  • 21:18 Le mot de la fin pour Julie
  • 21:54 Pour contacter Julie
  • 22:35 Pour contacter Laurent
  • 22:52 Clôture du podcast

Transcription du podcast:

Michel Godart: [00:00:18] Bienvenue pour un nouvel épisode du podcast « Pyxis – Le podcast ». Aujourd’hui, on est à la Journée Agile du 2 juin 2023. Dans cette interview j’ai Julie, bonjour

Julie Gaukroger: [00:00:27] Bonjour Michel

Michel Godart: [00:00:28] Tu es accompagné de Laurent Zecchinon, enchanté.

Laurent Zecchinon: [00:00:30] Enchanté Michel.

Michel Godart: [00:00:31] Je vais te demander de te présenter en quelques mots.

Laurent Zecchinon: [00:00:33] Oui, bien écoute, avec plaisir. En plus, voilà, c’est déjà un bel exemple en fait de challenger un peu les limites ou les habitudes classiques qu’on peut avoir. Donc si je dois me présenter rapidement, j’ai envie de dire je suis un peu comme les chats, j’ai eu plusieurs vies, notamment une de plus de 20 ans dans la science en recherche et développement dans différents environnements: université, biotech, grosses multinationales, un hôpital également. J’ai aussi pas mal d’années de pratique, notamment du karaté, et donc à un moment donné, les circonstances de la vie, les opportunités, ont fait que j’ai pu réunir tout ça. Et donc aujourd’hui, ma passion, c’est tout ce qui est vraiment lié à la performance, dans le sens de faire mieux.

Michel Godart: [00:01:05] Ça va expliquer le titre de l’atelier qui est « Dépassez Vos limites en 40 minutes » (Laurent Zecchinon: Exactement). Julie je vais te laisser nous dire en quelques mots, ben finalement, quel est ton parcours qui t’a conduit aujourd’hui à la Journée Agile?

Julie Gaukroger: [00:01:15] Oui, merci Michel. Ce n’est pas anodin que je sois là aussi (Michel Godart: Ben non), puisque cet atelier de dépasser ses limites, voilà, encore une limite de franchie c’est de venir avec toi cette fois-ci devant un micro. Et bien sûr avec ton sourire et tes yeux pétillants aussi (Michel Godart: Merci). En ce qui me concerne, si Laurent est comme les chats, ben peut-être que finalement moi je suis comme de l’eau. C’est que je suis passé à pas mal d’endroit, plutôt calme et tumultueux mais que, en tout cas par où je passe bah voilà, en fait, ça se passe comme ça doit se passer à cet endroit-là, et que mes chemins sont divers et variés et toujours à la recherche d’un autre chemin. D’où le fait de dépasser ses limites et puis d’avoir un nouveau chemin qui se construit encore une fois aujourd’hui.

Michel Godart: [00:01:52] Dans les métaphores les chats n’aiment pas l’eau, ben manifestement c’est faux, on est dans un préjugé encore une fois, puisque le chat collabore avec l’eau aujourd’hui. (Julie Gaukroger:Bien vu!). On a mis l’ambiance là (Laurent Zecchinon: Voilà, exactement), tu vois, c’est directement mis en place les conditions. Alors, qu’est-ce qui vous a motivé à collaborer ensemble? Vous avez déjà collaboré ensemble avant?

Julie Gaukroger: [00:02:07] Pas dans le cadre directement du business, mais c’est peut-être le fait de se challenger après avoir suivi quelques formations et de le faire de manière régulière, finalement, en toute bienveillance nous sommes bien d’accord Michel. Mais en fait de pouvoir chacun dépasser ses limites, dans un cadre de confiance qui nous permet du coup de les dépasser, et puis qui nous a donné envie de franchir une nouvelle limite en proposant cet atelier à deux. En tout cas, ça c’est mon point de vue, mais Laurent tu as certainement quelque chose à ajouter (Michel Godart: Que dit le chat), je te connais.

Laurent Zecchinon: [00:02:35] Je suis tout à fait d’accord. Et c’est vrai que quand on parle d’agilité, justement, il y a cette notion aussi de créativité ou de cocréation. Et donc c’est effectivement très intéressant de pouvoir aussi travailler à deux, de partager nos idées, nos perspectives pour finalement amener aussi de la valeur autour de nous.

Michel Godart: [00:02:49] Je peux préciser que vous faites tous les deux du coaching.

Julie Gaukroger: [00:02:51] Absolument (Laurent Zecchinon: Oui).

Michel Godart: [00:02:52] Dans cet atelier « Dépassez vos limites en 40 minutes », moi je suis frustré, j’aurais voulu y aller parce que j’ai plein de challenges de ce type-là tous les jours au quotidien. Est-ce que l’un de vous peut me donner un aperçu de l’approche que vous avez adoptée pour aider les participants à libérer leur potentiel créatif, finalement, pour développer leurs compétences cognitives? Là, je parle au cœur même des coachs hein?

Julie Gaukroger: [00:03:11] Oui. Alors là en fait il s’agit d’un cocktail d’activités. Tantôt nous qui transmettions, ou bien qui justement allons chercher les réalités de chacun et leur perception justement par rapport à c’est quoi une limite? Et puis c’est quoi le fait de dépasser une limite? Et ça en y associant plusieurs points de vue et plusieurs points d’entrée?

Michel Godart: [00:03:30] Et pour toi?

Laurent Zecchinon: [00:03:31] Oui. Donc c’est exactement ça. Et c’est aussi l’idée de se dire que: dans le monde de l’entreprise aujourd’hui, sans vouloir trop généraliser, mais on n’est pas mal dans le travail du mental. Or nous, en tant qu’humain, on est beaucoup plus que le mental. Et si on veut activer toutes nos ressources pour justement devenir plus agiles, c’est intéressant par exemple de travailler l’inconscient avec toute une série de pratiques un peu différentes qu’on a proposées aujourd’hui et des pratiques qu’on a pu aller pêcher aussi dans le secteur, par exemple du sport ou dans le secteur de l’armée. Voilà des gens qui fonctionnent aussi dans des circonstances un peu différentes. Et ça, ben moi, en tant qu’ancien scientifique, ou toujours scientifique parce que j’estime que je n’ai jamais fait autant de science qu’aujourd’hui, vraiment aller et de pouvoir pêcher tout ça, et voir comment je peux les rendre applicables concrètement, ben voilà c’est super passionnant, c’était vraiment un des objectifs de l’atelier.

Julie Gaukroger: [00:04:15] Oui, c’est ça. Et en y associant aussi tout ce qui est pratique narrative. Parce que finalement, ces pratiques-là permettent de dégager toute une série d’expressions et de points de vue que chacun peut avoir. Et en y associant l’émotion, puisque nous ne sommes pas qu’une tête, on est bien d’accord hein Michel? On est bien d’accord, on n’est pas qu’une tête.

Michel Godart: [00:04:31] Tu parles à un émotif donc tu peux pas tromper. Tu anticipe même ma question qui allait suivre c’est comment, les techniques que vous avez utilisées? Donc telles que le photo langage, la PNL, bon ça c’est aussi un domaine du coaching, c’est la boîte à outils du coach. Les métaphores, on est en plein dans les métaphores, les pratiques méditatives, et les Mindsetmaps. Alors Mindsetmap je connaissais moins, comment est-ce qu’ils ont contribué à améliorer l’agilité mentale des participants.

Julie Gaukroger: [00:04:53] Laurent on aura plein d’infos à nous apporter par rapport au Mindsetmap en particulier.

Michel Godart: [00:04:58] Ouais du coup, comme je connais moins ce facteur-là, c’est peut-être celui-là qui m’intrigue le plus.

Laurent Zecchinon: [00:05:01] Ce qui est intéressant, c’est d’utiliser justement tous ces outils dans leur ensemble pour pouvoir finalement interagir sous différents angles. Et donc le Mindsetmap, par exemple, ben c’est un outil qui a été développé en modélisant les entreprises ou les entrepreneurs à succès. Et donc ça permet justement d’agir sur le Mindset. Alors le Mindset ça se traduit mal en français car on a tendance à le traduire par état d’esprit alors que état d’esprit ce serait « state of mind ». Finalement, le Mind c’est la façon dont on pense, et le Mindset ça va être tout ce qui va influencer ça. Et donc on va inclure notamment les émotions. Parce que quand tu te sens fatigué, quand tu te sent énervé ou quand tu te sens joyeux, tu ne vas pas avoir les mêmes idées ou les mêmes envies de passer à l’action (Michel Godart: Oui, clairement, oui). Il y a aussi toute l’énergie, quand tu viens de manger, t’es pas dans la même énergie que si t’as digéré depuis 2 h.

Michel Godart: [00:05:45] Ou si t’as fait deux nuits sans dormir parce que t’as trop travaillé.

Laurent Zecchinon: [00:05:48] Voilà, ou si t’as des enfants en bas âge, tu vois? C’est vraiment cette idée-là. Par exemple, quand on a modélisé ces entrepreneurs à succès, on a vu en fait qu’il y avait 20 sous-mindset qui étaient important pour réussir un projet entrepreneurial ou un projet au sens large.

Michel Godart: [00:06:02] Je vois ça comme le profiler, tu vois, les profils criminels, tu vois. Et ça m’a fait penser à un ami en moi qui s’appelle Fred Colantonio, que je salue et à qui je fais un petit coucou, qui a écrit « L’Attitude des Héros » et en fait son approche c’est ça, c’est : il prend les personnes qui ont le plus de succès et il regarde ce qui est inspirant dans le parcours de ces gens et en fait des histoires. En fait, c’est la même approche quelque part.

Laurent Zecchinon: [00:06:19] Voilà, c’est la même approche effectivement avec cette idée de modélisation scientifique pour faire que, bah comme tu le dis, une espèce d’évaluation, de dire « Ben voilà, où est-ce que j’en suis aujourd’hui et puis après comment je peux évoluer? » Et c’est là où de nouveau on va ressortir toute la boîte à outils pour justement permettre l’évolution.

Julie Gaukroger: [00:06:34] Et dans ce que disait Laurent, il y a effectivement, et dans ce que tu viens de dire aussi avec l’histoire et avec le storytelling, c’était d’aller avec un outil hyper simple, qui est accessible même à des enfants, de se rendre compte du nombre d’histoires qu’on se raconte dans notre petite tête à nous et qui viennent générer toutes ces émotions, et qui vont induire tel ou tel comportement et de mettre plus de conscience dessus. C’est pour ça que ça s’appelle l’index de conscience quand même. Mais aujourd’hui d’avoir été ouvrir les consciences pour se rendre compte: « Ok, quand j’ai une pensée ou quand je me dis quelque chose », ce qui arrive plus de deux ou trois fois par jour, « Qu’est-ce que ça génère chez moi comme émotion? » Et puis comme les émotions nous mettent en mouvement, c’est « Quel comportement je vais avoir avec cette émotion? Et si ça ne me convient pas, qu’est-ce que je peux changer? Par où ça se passe? »

Michel Godart: [00:07:18] Il faut déjà faire du chemin avant de pouvoir être ouvert à ce que tu viens de dire.

Julie Gaukroger: [00:07:21] Oui, et effectivement, on a tous été programmés depuis qu’on a été tout petit et ce qu’on a pris comme réalité vraie à ce moment-là, autant par rapport à nos parents qu’à notre environnement, est resté vrai jusqu’à ce que tu te rendes compte qu’il y a quelque chose qui ne te convient plus. Donc tu prends conscience que finalement, dans ta manière de fonctionner, ce truc là, ça ne te va pas. Mais tant que ça te va, tu n’en prends pas conscience et en fait tu continues ton habitude et ta routine, donc ta programmation réflexe que ton cerveau adore. Et je ne suis pas une grande experte bien sûr en cerveau, par contre ça me passionne, mais à partir d’un moment où quelque chose ne fonctionne plus et que tu mets de la conscience, donc tu mets ton attention dessus pour te rendre compte que « Tiens, ce truc-là en fait, ça ne marche pas, ça ne me convient pas. Je l’ai porté pendant si longtemps, qu’est-ce que j’en fais aujourd’hui? »

Michel Godart: [00:08:15] D’ailleurs je dis souvent: un changement, ça commence par une prise de conscience, une décision de dire je veux le changer, la motivation et puis après il faut instaurer le changement et le maintenir assez longtemps pour qu’il s’ancre. Et c’est l’ancrage, et l’ancrage peut être dangereux aussi s’il est mal fait. Et là je parle encore une fois au cœur des coach. Mais on va revenir à ma question c’est quoi en fait les freins, les points bloquants plus généralement, pour les participants à vos ateliers, qu’est ce qui ressort souvent?

Laurent Zecchinon: [00:08:36] Globalement je dirais c’est le vécu finalement, c’est toute l’histoire, tout ce qu’on a…

Michel Godart: [00:08:40] C’est la charge mentale du passé qui reste.

Laurent Zecchinon: [00:08:42] Voilà, un petit peu le passé. Bon il y a aussi beaucoup l’environnement (Michel Godart: Ah oui). Donc notamment, par exemple voilà, l’environnement professionnel ben on sait que la culture d’une entreprise, par exemple, n’est pas celle d’une autre et que ça peut faire toute la différence.

Michel Godart: [00:08:52] Ça, c’est un podcast à lui seul: la culture et les valeurs d’entreprise oh là, là!

Laurent Zecchinon: [00:08:55] Voilà , exactement, et la culture… Parce que comme tu le disais, pour moi en tout cas, l’agilité c’est voir comment tu évolues. Donc c’est quelque part quelque chose qui est sans fin. Et c’est peut-être ce qui me gêne parfois quand on parle de changement ou transformation en entreprise, c’est que parfois on imagine ça comme quelque chose de défini dans le temps. Alors que finalement, l’agilité c’est comment tu t’adaptes en fonction de ton environnement qui change tout le temps et à priori de plus en plus souvent. Et qui soit à la fois professionnel, et personnel, puisqu’à un moment donné tu peux très bien avoir la malchance, entre guillemets, d’avoir des soucis dans ta vie privée en même temps que dans ta vie pro et cetera.

Michel Godart: [00:09:27] Est-ce que vous avez un exemple concret de situations complexes dans lesquelles des participants ont pu appliquer les techniques que vous proposez et atteindre des objectifs de manière plus efficace? Est-ce que vous avez un exemple concret à donner?

Laurent Zecchinon: [00:09:38] Alors j’ai une histoire qui m’est venue de manière impromptue pendant l’atelier, c’était pas prévu, donc je peux partager ça. En fait, c’est lorsque Ronald Reagan et Michael Gorbatchev discutaient ensemble de finalement arrêter la guerre froide, donc tu vois, on parle d’un sujet extrêmement important. Ben dans le cadre justement de l’index de computation que Julie a présenté, c’est de se dire que voilà, il y a trois états: les pensées, les émotions et l’action. Et en fait, quand on est, à un moment donné, coincé dans sa vie, c’est parce qu’on est coincé entre deux états. Donc par exemple, eux là, ils étaient à la fois dans le mental et un peu les émotions, de la frustration, et cetera, ça ne passait pas entre eux, ils n’avançaient pas. Et donc ben qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils sont passés dans le troisième état qui était l’action, en allant se promener, simplement, et donc là la biochimie a changée, donc là c’est mon côté scientifique qui reparle, et donc ça a permis de débloquer ces situations. Et tu vois l’impact que cela a au niveau de l’histoire. Donc finalement, tu vois, un petit quelque chose comme ça ben ça peut avoir des impacts énormes.

Julie Gaukroger: [00:10:32] En fait, j’ai toute une série de petits exemples concrets, pas avec une grande histoire à raconter, mais par exemple lors de la formation de coaching, donc de permettre à des personnes de devenir coach qui a été fait l’année passée avec Audacity coach, on a déjà pu se rendre compte de l’importance des mots et de la définition qu’on met derrière. Et de pouvoir déjà s’arrêter à la définition de « Ok: point à améliorer dans le terme de feed-back. Tiens, qu’est-ce que je peux améliorer pour pouvoir dire, pas déjà les points négatifs et on est déjà passé au stade suivant de point d’amélioration. Je me souviens qu’on a quand même eu un commentaire pour dire, en fait, ça ça paraît tellement négatif et ça met tellement la pression. Comme quoi, même en essayant, en changeant des termes pour correspondre à ce qu’on souhaite vraiment, il reste des perceptions hyper différentes et c’est génial. Et peut-être un deuxième mini exemple, c’est pour beaucoup d’entre-nous je pense d’avoir compris ce qu’était le coaching, ou en tout cas coaching façon ICF, donc la Fédération Internationale de Coaching. Ce n’est pas du conseil et de se rendre compte dans nos accompagnements le nombre de fois où en fait nous sommes en train de chercher une réponse. Je dis-nous parce que j’ai l’impression que beaucoup d’entre-nous qui avons démarré en coaching, en tout cas au début, c’est de se rendre compte du manque d’écoute parce qu’on est en train pour nous déjà de chercher la bonne question à poser après, donc de ne pas être dans l’écoute. Mais surtout comment ne pas passer dans le conseil en pensant qu’on a déjà tout compris de la réalité de l’autre et qu’on a exactement la bonne info à partager… Mais que ce n’est pas du coaching, ça c’est du conseil. Et que le but du jeu en coaching c’est d’aller, par la curiosité, juste écouter en étant absolument présent à ce qui est en train d’être dit, pas pour rebondir et partager quelque chose, mais pour vraiment aller dire « Ok, et comment est-ce que tu sais ça? Et comment tu fais pour le savoir, et comment ça se passe chez toi? » Pour que l’autre personne puisse se dire « Tiens m’enfin mais, tiens m’enfin mais c’est normal pour moi, comment ça se fait? » Et puis ouvrir des nouvelles portes. Et là vraiment de se rendre compte de la richesse du coaching dans ce cas-là, par rapport au conseil qui peut être bienvenu dans d’autres situations, que la conscience des différentes réalités et l’importance de l’écoute est tellement riche en fait… Et pour tout le monde.

Michel Godart: [00:12:46] Et primordial, ouais. Ben vos deux interventions, pendant que vous parliez tous les deux, à chaque fois je me dis: mais il y a un champ d’exploration encore plus grand si on ajoute à votre boîte à outils l’hypnose conversationnelle qui est un outil utile et intéressant, on n’en a pas parlé, et je pense que au moins l’un de vous connaît bien le sujet. J’ai fait le lien, ça m’a paru tellement évident, j’ai eu tort?

Laurent Zecchinon: [00:13:04] Non, non, tout à fait. Donc effectivement, l’hypnose conversationnelle c’est un des outils de la PNL. On l’a utilisée par exemple dans la pratique méditative qu’on a proposé aux différents intervenants (Michel Godart: Voilà). Donc quand on parlait de métaphore de langage, clairement l’impact du langage.

Michel Godart: [00:13:16] Le chat vient de rebondir sur ces pattes.

Laurent Zecchinon: [00:13:18] Voilà.

Julie Gaukroger: [00:13:19] Exactement, et l’eau continue à couler.

Michel Godart: [00:13:23] Alors on a fait des liens sur l’eau qui coule, qui passe sous les ponts entre la vie privée et la vie professionnelle. Ça, c’est un truc qui m’a toujours marqué c’est: on fait toujours une espèce de distinguo entre vie professionnelle je suis une personne, vie privée je suis une autre personne. Et il y a une espèce de tabou de dire qu’en fait on peut jamais mélanger les deux. Mais tous les jours on a la démonstration par A plus B que l’un impact l’autre. Je veux dire, si moi mon travail il se passe dans une journée exécrable, je rentre à la maison de mauvaise humeur, ma famille en subit les conséquences. Si ma femme le matin me fait une tête comme ça et que je vais au boulot, que j’arrive complètement éclaté par cette dispute que j’ai eu le matin, mes collègues vont sentir la différence. Donc je crois qu’à un moment donné, est-ce qu’on devrait pas se dire « stop », entre le temps qu’on passe dans la vie privée et la vie professionnelle, le mariage il est kifkif et voir plus d’un côté que de l’autre. Comment est-ce qu’on gère ça? C’est là le nœud d’attachement sur lequel vous travaillez le plus ou pas?

Julie Gaukroger: [00:14:07] Moi j’ai une petite proposition, je ne sais pas si c’est une réponse ou si c’est vraiment une info. J’ai l’impression qu’en tout cas. Alors oui, arriver à être totalement déchargé de son privé quand on arrive au boulot ou vice versa, je pense que ça demande à un gros travail déjà de prise de conscience de ce qui arrive. D’aussi pouvoir se permettre de faire des choix par rapport à ce qui arrive. C’est qu’est-ce que je fais de l’information? Est-ce que je suis bien dans le privé, est-ce que je suis bien dans mon boulot sachant qu’il y aura toujours, et j’ai envie de dire toujours oui: des petites choses qui peuvent se passer d’un côté et de l’autre. Mais c’est comment tu fais quand tu arrives avec ton sac à dos rempli? Quand tu arrives au boulot, qu’est-ce que tu es capable d’en faire? De quoi tu as conscience? Quelle importance est-ce qu’on accorde à l’individu et à son état quand il arrive? Dans les ateliers ici, il y avait le moodboard, un peu au début c’est « Avec quoi je viens ici? ». Mais c’est un peu pour déposer, à un moment donné même si on dépose pas tout, mais c’est dire « Avec quoi je viens aujourd’hui, et de quoi j’ai besoin, ou bien qu’est-ce que je choisis d’en faire? » mais de se dire qu’il y a moyen de faire un choix, aussi, pour autant qu’on en ait conscience.

Michel Godart: [00:15:13] Et de lâcher prise. Et quand on va dire « le lâcher prise », on va faire le bon et la transition immédiate avec une bonne méthode de lâcher prise qu’est la méditation. Alors là, je vais vous poser la question de la pratique méditative, dans le développement de la capacité à résoudre les problèmes de manière plus efficace, comment ça va se mettre en place?

Laurent Zecchinon: [00:15:30] Alors c’est effectivement un champ qui est extrêmement riche, parce que dans cette pratique-là, on va avoir à la fois le travail, par exemple des yeux fermés, tout le travail de respiration, et là il y a une multitude de techniques, et c’est vrai qu’on peut vraiment s’inspirer, par exemple, du yoga ou des arts martiaux par rapport à tout ça, ça, c’est intéressant. Après, il y a aussi des moments qui vont être plus propices à certaines activités que d’autres. Et donc ça, c’est quelque chose aussi qui est peu connu. On vit globalement en fonction des jours et de la nuit, mais on n’est pas tous égaux par rapport à ça. Et donc à un moment donné, pouvoir choisir les bons moments pour faire les bonnes activités, cela va également avoir un impact extrêmement important. Et juste pour terminer sur la pratique méditative, par exemple, juste au lever ou juste au coucher sont des moments extrêmement importants. Pourquoi? Parce qu’au niveau du cerveau, on a des changements au niveau des états de conscience, comme on appelle ça, même les états de conscience qu’on peut induire via l’hypnose. Mais c’est de voir comment on peut jouer avec tout ça pour justement se régénérer plus rapidement et accéder à plus de créativité.

Michel Godart: [00:16:24] J’ai posé une fois la question un ami qui fait la mindfulness qui s’appelle Frederic Hambye et je lui disais « Ben tiens! Est-ce qu’on a toujours le temps de faire la méditation? », et il me dit « Tu sais de la méditation tu en fait tout le temps, tu en fait quand tu conduis notamment parce que tu acquiert un état méditatif, quand tu conduis tu suis des réflexes, tu e t’en rends même pas compte » et ça m’a beaucoup parlé. Ça me fait penser à lui ce que tu étais en train de dire, finalement. Alors dans les compétences cognitives spécifiques que les participants peuvent développer grâce à une expérience immersive, qu’est-ce qu’on peut dire.

Julie Gaukroger: [00:16:49] Par rapport aux compétences et à cette expérience immersive. Pour nous immersive c’était vraiment de les faire participer à notre atelier, autant dans un jeu de questions-réponses que dans cette visualisation méditative, si on veut l’appeler comme ça. Et c’est de nouveau de prendre conscience de la manière dont chacun fonctionne. C’était leur permettre de prendre conscience du nombre de réalités qu’il y a dans une même salle par rapport à une même info de départ. Et pour moi, déjà, dans cette connaissance-là, grâce à la conscience qu’on a mise sur ces différents points, c’était déjà de leur permettre la réflexion et de pouvoir faire la comparaison avec « Au fait, comment ça se passe pour moi? Qu’est-ce qui se passe chez moi, chez moi, ici, quand je suis dans la salle? Mais en fait, à quelle autre situation est ce que ça me fait penser? » Et le nombre de liens qui va être généré à ce moment-là entre ce que nous amenons, autant dans la théorie que dans l’exercice pratique, va non seulement leur faire prendre conscience de certaines choses, mais va aller encore chercher un peu dans l’inconscient tout ce qui n’est pas dans les réflexes et dans le maintenant, mais qui va permettre de faire encore toute une série de liens, même encore après.

Michel Godart: [00:17:55] Alors moi j’ai envie de réagir en disant ouais mais attends, tout ça en 40 minutes? Parce que c’était un peu le titre, c’était, ça vient d’où l’histoire des 40 minutes? C’est quoi le challenge des 40 minutes? Pourquoi 40 minutes? C’est une question bête, mais moi, ça m’a interpellé.

Laurent Zecchinon: [00:18:07] Alors globalement, c’était le timing de l’atelier (Michel Godart: Rires) Là on l’a juste un petit peu raccourci. Et c’est vrai qu’en plus, on a proposé aux participants d’identifier une de leurs limites et de vraiment faire l’exercice par rapport à cette limite. Et sur les quelques retours qu’on a pu avoir, on s’est rendu compte que certaines personnes, ça avait vraiment travaillé. Il y avait comme des émotions qui avaient émergé. Donc c’est bien la preuve que justement on a travaillé au niveau de l’inconscient.

Michel Godart: [00:18:28] Et de dépasser ces limites finalement.

Laurent Zecchinon: [00:18:29] Voilà, de les dépasser ou en tout cas de les faire évoluer. Puisque tu vois l’idée ce n’est pas nécessairement toujours de les dépasser, puisque là ça peut causer du stress et ça peut causer des soucis aussi, mais en tout cas de se dire qu’elles ne sont pas aussi fixées qu’on ne le pense.

Michel Godart: [00:18:41] Quelles notions vous aimeriez que les gens qui étaient à votre atelier retiennent, et en tout cas que ceux qui n’ont pas pu venir et qui viendront peut-être l’année prochaine, ou qui en attendant amèneraient en savoir plus. Quelles notions aimeriez-vous que les gens retiennent, principalement? Tu te dis mais ça j’ai vraiment envie que les gens retiennent, c’est vraiment le truc: focus sur ça.

Julie Gaukroger: [00:18:57] Il y a un premier point qui me vient, c’est, par rapport à comment je vis ma vie, où je vis les différents moments de ma vie, à quel moment est-ce que je la vis par réflexe et à quel moment est-ce que je choisis ce qui se passe? Puisque les émotions sont ce qui nous met en mouvement et génère nos comportements. Et que ça va être lié à nos pensées et tout le reste, comme on l’a dit tout à l’heure, c’est: est-ce que vraiment ce qui est en train de se passer maintenant, si ça me plaît ben voilà je continue, mais surtout si ça ne me plaît pas qu’est-ce que je choisis? Parce que maintenant je sais que j’ai une accroche, j’ai un repère, pour pouvoir choisir ce que j’en fais, pour autant que je m’arrête un instant pour me dire « Hey, qu’est-ce qui est en train de se passer? Est-ce que ça c’est ok pour moi? » Et qu’on a donné un tout petit exemple de ce que l’autre vient déclencher chez nous. J’avais pris l’exemple de faire semblant que Laurent regardait ailleurs et ce que ça générait chez moi. Alors bien sûr, le réflexe pourrait-être de dire « Mais nom d’un chien, l’autre devrait quand même faire attention ». Et on pourrait aussi, pourquoi pas, regarder, « Tiens, ce qui se passe là en ce moment, qu’est-ce que ça fait à l’intérieur de moi et qu’est-ce que ça génère chez moi mais que par conséquent ça va aussi générer chez l’autre ensuite, d’où les conflits? » Et donc d’aller voir un petit peu à l’intérieur et si l’autre était un miroir de quelque chose qui est en train de se passer à l’intérieur de nous, mais de profiter de tous ces miroir!

Michel Godart: [00:20:16] Laurent?

Laurent Zecchinon: [00:20:17] Oui, ben écoute j’ai deux points à partager. Le premier, effectivement, je dirais que c’est que quel que soit l’objectif, que ce soit du bien-être, de l’épanouissement, de la performance, de l’agilité. Pour moi, vraiment, le secret, c’est d’avoir une approche qui va être beaucoup plus globale et justement ne pas rester bloqué que dans le mental, ou éventuellement refouler ses émotions, mais vraiment intégrer le tout avec aussi une approche physique et se rendre compte aussi des effets que les différents signaux qu’on reçoit au niveau extérieur peuvent avoir sur nous. Alors là, en allant dans le secteur du bio hacking qui pourrait aussi faire un autre podcast, donc je ne vais pas entrer dedans.

Michel Godart: [00:20:47] Rires – Il me lance des perches, je vais le réinviter…

Laurent Zecchinon: [00:20:50] Non mais là tu parles à des passionnés, tu vois? Donc on a envie d’échanger.

Michel Godart: [00:20:53] On l’entend, et on est trois passionnés, tu imagines?

Laurent Zecchinon: [00:20:55] Voilà ça c’est le premier message? Et le deuxième message c’est de se dire aussi que: c’est intéressant d’aller explorer dans d’autres secteurs d’activité, parce qu’à un moment donné, ben voilà, il y en a d’autres qui ont déjà exploré différentes choses, et il existe des critères de succès qui sont là et dont on peut clairement s’inspirer. Alors évidemment, après, chaque personne est unique, et c’est à chacun de voir ce qui lui parle ou pas. Mais voilà, il y a beaucoup plus de choses qu’on ne sait pas et qui sont utiles que ce qu’on croit savoir et qui sont dans nos limites à nous.

Michel Godart: [00:21:18] Bon ben Monsieur le Chat, je viens de prendre une prise de conscience de ma frustration de ne pas avoir assez de temps d’échange avec vous. Julie, un dernier mot de clôture? Et puis je vais vous poser une dernière question.

Julie Gaukroger: [00:21:26] Peut-être un tout dernier truc c’est: si on semble bloqué ou qu’on n’y arrive pas, et c’est Laurent qui vient de m’y faire penser, c’est tout d’abord se poser la question « Est-ce que vraiment, vraiment, je n’y arrive pas? » Et ça me fait penser un peu au travail de Katie Barron. Et pour ceux qui ne connaissent pas Katie Barron, c’est d’aller voir le travail ou « The work ». Est-ce que c’est vraiment vrai? Et l’inspiration par rapport à Laurent, c’est: et est-ce que dans un autre environnement ça me conviendrait? Est-ce que dans un autre environnement j’y arriverais et de, voilà, de commencer par-là?

Michel Godart: [00:21:54] Oui, ça mène à encore d’autres débats, mais je ne vais pas les lancer, tu me connais Julie. Je vais vous demander tous les deux, pour clôturer tout doucement cette interview et pour répondre à la frustration potentielle d’auditeurs et auditrices qui se sentiraient un peu laissés sur leur faim. Un moyen de vous contacter respectif? Alors on va commencer, cette fois, par Julie.

Julie Gaukroger: [00:22:12] Eh bien moi je suis présente sur LinkedIn, je suis sur Facebook également. Et sur Facebook, on peut chercher « Grandi, oses coaching ». Sur LinkedIn ce sera avec mon prénom Julie et mon nom de famille, beaucoup moins facile à prononcer, qui est Gaukroger: g – a – u – k – o – g – e – r. Donc voilà, donc je suis sur LinkedIn aussi, le site web arrive donc (Michel Godart: Patience) je te tiens au courant.

Michel Godart: [00:22:35] D’accord, on mettra le lien. Laurent a un site internet pour toi, un moyen de te contacter?

Laurent Zecchinon: [00:22:39] Oui, alors moi j’ai fait simple, donc c’est mon nom, Laurent Zecchinon .Com. Donc je suis aussi sur LinkedIn, Facebook. J’ai aussi une chaine YouTube dans laquelle j’interview aussi (Michel Godart: Ahah, on va aller voir ça!) parfois des, différents participants.

Michel Godart: [00:22:49] Et toi aussi Julie d’ailleurs?

Julie Gaukroger: [00:22:50] Sur laquelle on sera lundi (Laurent Zecchinon: Voilà)

Michel Godart: [00:22:52] On vous retrouve en duo, parfait (Laurent Zecchinon: Voilà, tout à fait). J’ai une surprise pour vous, figurez-vous que dans ce podcast « Pyxis – Le Podcast », il y a une particularité, c’est qu’on travaille avec Vodio, nos amis de BadGeek en France, qui organise PodRennes, et ils ont une plateforme d’hébergement de podcasts qui est vodio.fr. Et sur vodio.fr les gens ont un lien, un répondeur, et donc dans le descriptif du podcast on mettra un lien et on pourra, en vous écoutant, si on a envie de réagir, cliquez sur ce lien et laissez un message vocal. On enregistre sa voix, on réécoute la qualité avant de l’envoyer puisqu’on va quand même pas envoyer un son inaudible hein? Avoir un bon micro c’est quand même le minimum. Mais si vous osez faire le pas, chers auditeurs et chers auditrices, eh bien vous pourrez directement adresser un message à Julie et à Laurent. Vous me dites « Voilà j’ai un message pour Laurent ou pour Julie, ou pour les deux ». Vous dites votre message et vous me dites si oui ou non vous acceptez qu’on partage votre voix sur les réseaux sociaux. Alors si c’est oublié ou pas dit, j’enverrais les messages personnalisés, à chacun, en privé. Si par contre vous me dites qu’on peut partager sur les réseaux sociaux la surprise, ça va être quoi? C’est qu’on va lancer une chaîne, c’est à dire qu’on va publier le podcast sur LinkedIn, le jour où il sera mis en ligne, quand j’ai un message pour vous, dans les commentaires je mettrai le lien vers le Voice mail. Et donc, en cliquant sur le lien, vous entendrez le message qui vous est destiné personnellement. Et alors libre à vous de faire le même chemin. Si vous voulez répondre à la personne, ben vous cliquez sur le lien dans le texte du podcast, vous allez sur le Voice mail, vous laissez votre message vocal à l’intention de monsieur ou madame untel qui m’a laissé ce message, je vous réponds. Et puis moi je sais d’office que je peux le partager, donc je mettrais le lien en dessous et on lance peut-être une discussion et puis après on continue en privé bien sûr, sinon ça serait interminable hein. Et je vous souhaite d’avoir un message sympa, alors un encouragement, un remerciement, une question pourquoi pas? On vous souhaite plein d’échanges fructueux.

Julie Gaukroger: [00:24:19] Magnifique! Merci Michel.

Michel Godart: [00:24:21] Merci pour votre passion qu’on a bien, bien, ressentie au micro. J’ai passé comme toujours, avec les gens Pyxis et d’autres, des moments formidables au micro avec vous, je réitère ça quand vous voulez. Et Laurent, je te découvre et c’est pareil j’ai envie de dire, le feeling passe bien, on sent qu’il y a des passions derrière et comme j’ai mis sur mon profil LinkedIn, je suis chasseur de passion donc tu es en plein dans ma cible.

Laurent Zecchinon: [00:24:37] Un grand merci à toi Michel.

Michel Godart: [00:24:38] Chers auditeurs et auditrices, je vous invite à faire une chose: le podcast il est là, il est sur toutes les bonnes plateformes d’écoute, abonnez-vous pour ne rater aucun épisode.

Via Blubrry :
Play